Et si on vivait sans télé…

power-button-on-tv-remote

Pour commencer, je tiens à préciser que ceci n’est que mon humble avis suite à ces 4 dernières années passées sans téléviseur. En aucun cas, je ne dénigre les gens qui font le choix d’avoir une télévision chez eux. Je souhaite juste vous partager mon expérience.

Ce n’était pourtant pas gagné…

La télévision a toujours fait partie de mes meubles pendant 24 ans.

A vrai dire, je n’avais même jamais songé à m’en passer jusque là. Je la regardais assez peu, mais j’étais tout de même attachée au JT pour me tenir informée en temps réel, ainsi qu’à certaines émissions.

Et puis un jour, j’ai emménagé avec Chéri, qui se passait de téléviseur depuis déjà de nombreuses années. Il n’avait pas prévu quant à lui de revenir à ses vieilles habitudes. Alors, j’ai d’abord tenté de négocier, juste histoire d’avoir un bruit de fond quand j’étais seule à la maison. Pour la petite histoire, quand nous avons emménagé, je quittais ma région natale et n’avais donc pas de travail les trois premiers mois. Alors un bruit de fond, ça avait un côté rassurant… Chéri a finalement accepté mais pas vraiment de gaieté de cœur. Puis, on s’est aperçu que l’antenne n’était pas reliée à l’appartement. « Quel dommage » s’est écrié Chéri ! On a finalement pris une box pour Internet mais l’idée avait fait son chemin et je m’étais faite à l’idée de me passer de téléviseur. Désormais, je n’en reprendrais un pour rien au monde. Comme quoi…

Les idées reçues

« Tu n’as pas de télé ! Pas de bruit de fond ! Tu dois vite t’ennuyer ! »

Et bien en fait pas du tout. Bien au contraire. Le soir, par exemple, on redécouvre le plaisir de bouquiner. En journée, lorsqu’il fait beau, plutôt que de rester avachi devant un écran qui diffuse des programmes qu’on a pas toujours choisis, on sort se promener, on s’atèle à un nouveau projet ou à un nouvel hobby…

« La télé, moi, je ne pourrais pas m’en passer »

Crois-moi, j’ai vécu pendant 24 ans avec un téléviseur dans la maison (si pas plus). Cela fait près de 4 ans que je m’en passe. Et en fait, on se déshabitue très très vite. On oublie bien souvent qu’on a plus de téléviseur. C’est souvent les gens qui viennent à la maison qui te le rappelle.

« Moi non plus je ne regarde pas trop la télé, sauf le JT ». Il y a la même version « sauf mes séries », etc.

Quand on se pose devant une télé, le temps passe à une vitesse folle. On avait souvent pas prévu de regarder ce fabuleux documentaire de 1h30 et pourtant on se laisse captiver par cet écran qui trône au milieu du salon. Ou on passe 2h devant une émission pas très intéressante entrecoupée de publicités t’incitant à consommer toujours plus et à te créer de nouveaux besoins.

« Du coup, tu dois avoir un temps de retard sur l’information »

Pas du tout. Déjà, pour commencer, les informations sont très souvent répétées à la télé et ça finit par être de la désinformation. Exemple : « je me tiens à 200m du bâtiment, à l’angle de la rue ***. Peu de passants. Je ne peux pas voir grand-chose d’ici car un périmètre de sécurité a été établit ». Et 10 minutes plus tard, le même journaliste de dire: « nous ignorons toujours ce qui se trame ».  Alors, dans ces moments là, j’ai envie de dire « si tu ignores, alors ne dis rien… jusqu’à ce que tu n’ignores plus.

En plus, pour avoir des informations en temps réel, on fait parfois l’impasse sur la vérification de ces informations.  Je préfère avoir connaissance d’une information fiable 24H plus tard qu’une information biaisée en direct.

Après quelques années sans télé, je dois te dire que :

On se déshabitue tellement vite d’une télé, que lorsque nous rendons visite à des amis ou à de la famille qui dispose d’une télévision, nous n’avons pas vraiment envie de la regarder. Si l’écran est allumé au cours d’une soirée, on est comme absorbé littéralement et impossible de se concentrer sur la discussion en cours. Bien sûr, les habitués du petit écran te diront eux que ça ne leur pose aucun problème pour se concentrer sur leurs devoirs, une conversation ou leur travail. Croyez-moi, quand vous vous déshabituez, l’écran capte toute votre attention, et en plus, rarement pour des sujets dignes d’intérêt.

Si on est de nouveau face à un écran, on zappe. On zappe, car on a pris l’habitude de regarder des sujets qui nous intéressent vraiment. Alors tant que l’on ne trouve pas notre bonheur, on zappe. Puis souvent, on éteint faute de mieux. Il arrive bien sûr parfois de tomber sur une émission intéressante, par hasard.

On est plus facilement choqué par les news du JT. Comme vous le savez, les News n’annoncent que rarement les bonnes nouvelles. Les journalistes du JT préfèrent souvent le sensationnel ou le People (ou comment faire un JT complet sur le jogging du président de La République, des attentats, un mariage princier qui n’intéresse pas grand monde, des crimes ou délits divers et variés…) A tel point qu’on connaît mieux le nom de criminels que celui des « héros ».

Pourquoi est-on plus choqué ? Parce que lorsqu’on regarde le JT tous les jours (ce qui était mon cas il y a plusieurs années en arrière), on s’habitue mêmes aux nouvelles les plus monstrueuses. C’est triste, oui mais pas plus que les news de la veille et de l’avant-veille.

Toutefois, quelques initiatives encore trop peu nombreuses voient le jour afin de médiatiser les actions positives, encourageantes. C’est le cas de reporters d’espoirs. Un journalisme constructif, qui essaie d’apporter notamment des solutions.

Bien sûr, il n’y a pas que la télé qui délivre ce type d’informations à sensation. Il y a aussi la radio ou la presse papier. Oui, mais au moins, la radio nous épargne les images violentes ou angoissantes transmises à répétition pendant des semaines et des semaines. Et après ? 1 mois après, on en parle plus. On passe à la news suivante…

 

Pour conclure :

Les moins d’une vie sans télé :

Etre au courant de l’actualité 30 minutes après tout le monde (via la radio, les réseaux sociaux ou le journal). Et franchement, ça ne nous dérange pas le moins du monde.

 

Les plus d’une vie sans télé :

–          On choisit ses émissions.

Qui dit pas de télé, ne dit pas pour autant pas d’écran d’ordinateur.

L’avantage, c’est qu’on regarde ce qui nous intéresse vraiment et au moment où on est disponible uniquement.

–          On ne paie pas la taxe audiovisuelle. En 2015, celle-ci s’élevait à 136€ en métropole.

 

–          On se remet à lire (pour ceux qui avaient arrêté).

 

–          On gagne un peu de place. C’est ça de moins qui prend la poussière.

 

–          On gagne en temps. En moyenne, un français regarde la télévision 3,40 heures par jour.

 

Cela me rappelle la chanson de Tryo « Sortez les poubelles »

 

TESTE ET APPROUVE ❤ ❤ ❤

 

 

Publicités

3 réflexions sur “Et si on vivait sans télé…

  1. ramblingaly dit :

    Quand je suis arrivée dans la région, je n’avais pas les moyens de me payer grand chose et la télé n’était pas une priorité. J’ai donc vécu 3 ans sans télé et effectivement, on en meurt pas! Je n’ai jamais autant lu qu’a cette époque là ! Mnt j’ai la télé et une box avec 250 chaînes et malgré ça, rares sont les soirs ou quelque chose d’intéressant est diffusé et je me rabat souvent sur Netflix… lol Chouette article!

    J'aime

  2. gacourtois dit :

    Bonjour,
    Je suis enn option pour le sans télévision, comment prouvez-vous aux impôts que vous n’en avez plu ?
    La redevance tv étant inclus dans la taxe habitation je m’interroge ?
    Merci par avance pour votre retour.
    Belle journée

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s