Et si on testait… 3 semaines pour perdre une mauvaise habitude

Il paraît qu’il nous faut en moyenne 21 jours pour perdre une habitude.

A noter qu’il en faudrait tout autant pour en créer une nouvelle. C’est en fait le temps qui serait nécessaire au cerveau pour assimiler des changements.

Il y a plusieurs types d’habitudes.

Il y a des mauvaises habitudes qui touchent à notre rythme de vie (se coucher tard, ne pas assez dormir, ne pas faire d’activité physique, manger trop vite, etc.). D’autres qui concernent plutôt des addictions comme le fait rester scotché devant un écran de télé/d’ordinateur/téléphone pendant des heures, jouer aux machines à sous, ou des addictions alimentaires (au sucre, aux sodas, à l’alcool, etc.), ou encore le tabac. Il s’agit parfois juste de mauvaises « manies » comme celle de jurer toutes les cinq minutes, de râler tout le temps…

Certaines paraissent anodines mais sont chronophages et inutiles, d’autres sont mauvaises pour notre santé et nuisent à notre bien-être, mais pas facile pour autant de s’en débarrasser. On a beau savoir que c’est mauvais pour nous,  arrêter est souvent bien trop contraignant. Et puis, parfois, on a déjà tenté quelques jours/semaines, en vain.

J’ai testé pour vous :

Comment stopper une addiction au soda

Début février 2016, j’ai décidé d’arrêter de consommer du coca.

J’en consommais quotidiennement depuis 15 ans environ. A dose variable. Adolescente ou en période d’examens, le litre pouvait y passer largement pendant la journée. En me raisonnant d’avantage, je me limitais à 1 à 2 canettes par jour. Si encore, c’était inoffensif… Pourquoi pas ! Mais c’est plein de mauvaises choses que j’adorais consommer. Ou du moins, de choses dont je ne pouvais me passer. (Je le croyais en tout cas). Je n’avais parfois même pas de plaisir à en boire, il fallait juste que j’en boive. Si, par malheur, il n’y en avait plus à la maison, je prenais la voiture juste pour en acheter. Et quand j’étais plus jeune, je tannais mes parents pour qu’il y en ait toujours en stock à la maison. Quand on pense aux addictions, on pense souvent à l’alcool, au tabac, à la drogue, rarement aux additions alimentaires comme les sodas ou le sucre. Et pourtant, c’est bien une addiction !

Les premiers jours sont difficiles. Les tentations sont grandes. Il y a l’envie mais aussi des habitudes qui nous rappellent qu’il est l’heure de prendre « sa dose ». Un peu comme un fumeur apprécie sa cigarette du matin, sa cigarette avec un petit café, après l’amour ou avant de se coucher. Un accro au soda sera plus tenté au moment du repas, au restaurant, avec des amis, en période de stress, etc.

Chaque jour est un peu comme une victoire. « Si j’ai réussi à tenir 2 jours sans, je peux tenir une journée de plus ! « . Idem pour le premier mois, etc. Contrairement à bon nombre de fumeurs, je peux, si je le souhaite, boire un verre une fois dans le mois sans retomber accro. Mais ça se limite à une exception dans le mois et pas deux. Et puis après trois semaines d’arrêt complet, plus envie de faire machine arrière. Et après un long moment (quelques mois), même en goûtant de nouveau, ça n’a plus la même saveur. C’est donc un véritable mécanisme du cerveau qui nous rend accro à quelque chose.

On peut aussi vouloir se débarrasser d’une mauvaise habitude sans être addict à quelque chose.

J’ai donc testé d’autres changements moins ‘radicaux’ :

Deux semaines sans viande

Loin d’être accro à la viande, j’en ai en revanche toujours consommée (plutôt modérément d’ailleurs).

Mais pour autant, je ne m’en étais jamais passée 2 semaines de suite. Ça faisait partie pour moi de la composition classique et équilibrée d’un repas. C’est du moins l’idée que je m’en faisais. Et là, même sans être accro, on se rend compte qu’il n’est pas chose aisée que de se passer de ce genre d’habitude. Ça veut dire : trouver des substituts. Découvrir de nouveaux aliments, etc. Ça veut dire résister aux tentations (plus compliqué lorsqu’on est invité à droite et à gauche), au restaurant, etc. A la maison, c’est plus facile. On organise les courses en fonction.

Ce que ces 2 semaines m’ont apportée  : de me dire que j’en suis capable quand je le décide.

De découvrir d’autres aliments (la sarrasin, le millet, notamment.) En revanche, je n’ai pas poussé l’expérience au delà de 2 semaines.

Bilan : je consomme encore de la viande mais beaucoup moins qu’avant et surtout ce n’est plus systématique.  Il y a des semaines où je n’en mange pas. C’est assez variable en fait. Lorsque j’en consomme, je choisis de préférence une viande blanche (poulet/dinde) ou du porc. J’essaie d’ailleurs de miser sur la qualité.

Un mois sans : gluten / œuf / lait de vache

Pour des raisons tout à fait différentes, j’ai été amenée à penser un temps que j’étais peut-être intolérante à un ou plusieurs aliments. Les trois plus grosses intolérances semblent être le gluten, le lait de vache et l’œuf. J’ai donc d’abord testé l’éviction du gluten dans un premier temps pendant un peu plus d’un mois. J’ai également (quasi) stoppé un moment ma consommation de lait de vache. Beaucoup moins difficile pour ma part, car je n’ai jamais aimé ça.

Pour les laitages de vache, je n’ai pas constaté de différences notables. Il faut dire que j’en consommais assez peu (à part le fromage). Ça aura eu le mérite de me faire découvrir le lait d’amande 🙂

Pour le gluten, j’ai ressenti au bout d’une petite semaine, une amélioration des douleurs inflammatoires dans le dos. Ce n’était pas le but recherché initialement mais je ne vais pas m’en plaindre. Hasard ou pas ? Difficile à dire mais de nombreuses études tendent à démontrer qu’il y aurait un lien entre gluten et douleurs inflammatoires.

J’ai toujours retiré quelque chose de positif de mes expériences.

Vous l’aurez compris, chez moi, les ‘mauvaises’ habitudes sont surtout alimentaires ! Bien que je cuisine énormément des produits de qualité et évite à tout prix les produits industriels…

A défaut de supprimer une mauvaise habitude, on peut aussi juste décider de prendre de nouvelles bonnes habitudes. On peut se créer une routine des habitudes à arrêter et une pour celles à prendre. Exemples : Regarder la télé un jour sur deux (chez nous, pas de télé, ça règle le problème), aller à la salle de sport deux fois par semaines, lire, etc.

Changer une habitude de veut pas forcément dire 21 jours SANS quelque chose. Cela peut être aussi 21 jours DE quelque chose.

Et vous ? Quelles sont les habitudes dont vous voudriez vous passer ?

Articles à venir  :  21 jours sans râler, 21 jours de méditation et 21 jours de gratitude.

Publicités

2 réflexions sur “Et si on testait… 3 semaines pour perdre une mauvaise habitude

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s